Carmen Sea est une des formations rock à surveiller de près pour les prochaines années. Leurs premiers concerts frappaient déjà par la formation étonnante du groupe (guitare, basse, batterie et violon), mais surtout par l’énergie brute des compositions. Carmen Sea lance aujourd’hui Hiss, un premier EP d’une maîtrise impressionnante, contrasté, complexe et frontal à la fois.

Que l’on découvre Carmen Sea en concert ou en studio, la première impression sera forcément marquante. Le groupe étonne d’abord par sa formation. Fondé à l’origine sur un trio guitare-basse-batterie, le groupe a pris une direction singulière en refusant l’usage du chant et en lui préférant le violon. L’instrument est cependant loin de remplacer la voix. Chez Carmen Sea, le violon se pare d’une multitude d’effets sonores qui apportent une dimension nouvelle aux morceaux, en se voulant parfois léger et subtile, parfois strident, à l’image du sifflement qui donne son nom à l’EP.

Hiss s’affirme comme un premier effort détonnant et expérimental. Les 5 titres sont construits sur des contrastes et des influences multiples, alliant la complexité du rock progressif à la brutalité du stoner et du noise, auxquels s’ajoutent quelques touches électroniques. L’EP surprend par la recherche et la maîtrise dans les compositions sans pour autant tomber dans une froide démonstration technique. Au contraire : Hiss rayonne par l’énergie qu’il dégage et les tableaux qu’il dessine, sans un mot.

Écouter le premier EP de Carmen Sea, c’est contempler un panorama changeant, fait de paysages tantôt cléments, tantôt tourmentés. Au fil des mélodies, on passe de la contemplation à la frénésie, de l’exaltation à la nostalgie. Chaque morceau est un parcours marqué d’une progression qui lui est propre, fait de tensions qui se relâchent et d’étaux qui se resserrent. Dès les premières notes, le titre Frames saisit l’auditeur par une intro brutale et incisive, avant de glisser vers un passage d’une luminosité inattendue. L’EP ainsi lancé, on suivra Carmen Sea pendant près de 30 minutes d’expérimentations passionnantes, qu’elles soient planantes et méditatives ou à l’inverse denses et impactantes.

Glow In Space est quant à lui un dernier morceau déroutant, qui évolue peu à peu de la douceur à la révolte. L’EP se conclut sur un final résolument noise, intense et oppressant, comme une série d’images qui se distordent. On croirait alors la tension parvenue à son comble et le groupe rendu au bout de l’énergie qu’il est capable de transmettre. La seule façon d’aller plus loin sera d’expérimenter leur musique en concert. Pour cela, rendez-vous ce soir, le 18 novembre, pour leur release party au Triton.

Lien d’écoute : https://distrokid.com/hyperfollow/carmensea/hiss